Michel Rodriguez : « Un groupe qui donne tout » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Michel Rodriguez : « Un groupe qui donne tout »

A l’heure de recevoir le FC Nantes ce dimanche à Grammont (16h) dans le cadre du quart de finale des playoffs du championnat, l’entraîneur des U19 montpelliérains évoque cette échéance et revient sur la saison dans son ensemble

Quel effet cela fait-il d’avoir remporté la saison régulière de son championnat géographique et de se retrouver en quart de finale des playoffs ?

Je suis avant tout très content pour l’ensemble du club, mon staff et bien sûr pour les garçons. On n’a pas toujours tout maîtrisé dans ce championnat, mais on ne peut pas enlever une chose à ce groupe, c’est qu’il a toujours répondu présent dans l’état d’esprit. Je n’ai souvenir d’aucun match où il a failli de ce point de vue-là. Cette qualification récompense les valeurs qui nous sont chères et qui collent bien à l’Esprit Paillade, c’est-à-dire un groupe qui donne tout, qui est à l’écoute et qui met tout en place sur le terrain pour obtenir les meilleurs résultats possibles. A cela, il faut bien évidemment associer des qualités de footballeurs indéniables. C’est vraiment très appréciable pour un entraîneur d’avoir en charge un tel groupe.

Le MHSC n’avait plus atteint ce stade de la compétition depuis 2019 où il avait échoué en finale contre Rennes...

C’est un plaisir de retrouver ce stade de la compétition, même si pour moi c’est un peu particulier puisque, cette année-là, avant de tomber en finale contre Rennes, le MHSC avait battu Caen dont j’étais l’entraîneur… et l’année précédente, en 2018, le MHSC avait été sacré champion de France en battant Caen en finale… et j’étais aussi sur le banc Malherbiste… Perdre ces deux rencontres face à Montpellier, mon club formateur et celui de ma ville natale, c’était forcément particulier. Le bon côté, c’est qu’à titre personnel j’ai vécu ces playoffs deux fois, donc j’imagine assez bien ce qu’il nous attend et ce qu’il faudra peut-être dire aux garçons (sourire). Au-delà de cette anecdote personnelle, je trouve que c’est appréciable pour le club de se retrouver à ce stade de la saison et de jouer un match à forts enjeux. Nous sommes avant tout en formation, c’est une certitude, mais on ne peut pas la dissocier à certains moments de la compétition, du résultat et du haut niveau. C’est aussi une belle expérience pour nos jeunes joueurs de vivre l’enjeu des matchs à élimination directe.

Si les garçons sont là aujourd’hui, ça veut aussi dire qu’ils l’ont mérité, donc c’est bien pour eux.

S’ils sont là aujourd’hui, ça veut dire aussi qu’ils l’ont mérité, donc c’est bien pour eux. Ils ont su saisir cette opportunité pour arriver jusque-là et maintenant ce n’est que du bonus, en espérant bien évidemment que nous irons le plus loin possible et pourquoi pas au bout, avec la victoire finale. C’est aussi très formateur de voir évoluer nos joueurs dans ce contexte qui est quand même différent de ce que l’on peut rencontrer en championnat.

Tu as été formé au club, tu as remporté la Coupe Gambardella en 1996 avec la génération Ibrahima Bakayoko... On imagine que te retrouver aujourd’hui en quart de finale du championnat sous les couleurs de ton club de cœur, c’est forcément particulier…

L’émotion est toujours présente du moment que j’enfile un équipement avec le logo du MHSC. J’ai pris une licence ici à l’âge de 10 ans, dans ma ville de naissance qui est Montpellier. Enfant et adolescent, j’étais présent à la Butte, j’allais voir les matchs avec mon papa et ma famille, donc je suis quand même assez marqué ‘’Paillade’’. Par conséquent, c’est forcément une émotion particulière de me retrouver ici aujourd’hui, non plus en tant que joueur mais en tant que formateur. C’est une grande fierté qui vient aussi du fait que j’ai reçu la confiance du Président Laurent Nicollin pour cette mission et la confiance du club dans son ensemble. C’est plutôt facile à gérer mais, moi aussi, il va falloir que je maîtrise mes émotions (sourire).

Même si nous allons jouer un match à élimination directe, il n’y a pas de raison de tout chambouler

Vous avez aussi vécu ce type de matchs en tant que joueur ?

Oui. Nous avons eu la chance de gagner la Coupe Gambardella 1996 en tant que joueur. Ça commence à faire loin, mais ça reste toujours des moments particuliers.

Comment abordez-vous ce quart de finale face à Nantes ?

On ne va pas changer grand-chose dans la préparation, mis à part que j’ai un groupe beaucoup plus élargi à disposition puisque je vais pouvoir disposer de certains joueurs qui évoluent habituellement en équipe réserve. Nous avons une planification bien établie avec le Directeur du Centre de Formation, Bertrand Reuzeau, elle a porté ses fruits jusque-là et je tiens à la conserver. Même si nous allons jouer un match à élimination directe, il n’y a pas de raison de tout chambouler.

On ne fait pas tout bien, on ne maîtrise pas tout, mais, par contre, on est entreprenant, on est persévérant quand ça ne fonctionne pas, les joueurs sont à l’écoute, et donnent le maximum

Comment décririez-vous cette équipe U19 du MHSC ?

Je n’ai pas envie de parler d’équipe mais de groupe. Une trentaine de joueurs ont participé à cette aventure en U19 depuis le début de saison, avec des temps de jeu diverses. Ce qui ressort de ce groupe, c’est l’état d’esprit qu’il dégage. On ne fait pas tout bien, on ne maîtrise pas tout, mais, par contre, on est entreprenant, on est persévérant quand ça ne fonctionne pas, les joueurs sont à l’écoute, et donnent le maximum, quel que soit le groupe choisi où les joueurs alignés le week-end. J’ai aussi été très satisfait tout au long de la saison de la cohérence des entraînements. C’est aussi cette discipline et cette volonté de donner le maximum qui font que nous sommes là aujourd’hui. Avoir des joueurs imprégnés de ces valeurs de travail et de respect du club est un socle non négociable pour moi et surtout un élément indispensable à leur progression, permettant de porter haut les couleurs de notre club, aujourd’hui chez les jeunes et peut-être demain en équipe première. Après, ce n’est que le travail, avec le temps, qui feront le reste.

Un mot sur votre adversaire du jour, le FC Nantes…

Je commence un peu à m’en préoccuper puisque nous n’avons connu l’identité de notre adversaire que dimanche soir. Cela dit, l’idée n’est pas de se focaliser sur cette équipe, parce que pas mal de choses peuvent évoluer d’ici ce week-end, que ce soit au niveau des redescentes de l’équipe réserve mais aussi de l’encadrement puisque leur entraîneur (Pierre Aristouy) a été nommé à la tête de l’équipe professionnelle il y a quelques jours. On va faire comme on a fait jusqu’à maintenant, se dire qu’on va d’abord se focaliser sur ce que nous devons faire. L’idée, c’est avant tout de rester concentré sur nous-mêmes mais on a bien conscience que le rival est fort.

Notre ambition prioritaire avec le staff, c’est que chacun de nos joueurs puisse s’exprimer à son plein potentiel lors de cette rencontre

L’objectif, c’est d’aller au bout ?

Ce serait une faute de notre part de ne pas se projeter sur la finale du 4 juin prochain. D’ici là nous avons trois matchs à jouer. Maintenant il faut se projeter mais y aller étape par étape. La seule phrase que je dirai c’est « pourquoi pas nous ? » L’humilité n’empêche pas l’ambition.

À quel genre de match vous attendez-vous ?

C’est difficile à dire. Notre ambition prioritaire avec le staff, c’est que chacun de nos joueurs puisse s’exprimer à son plein potentiel lors de cette rencontre. Il faut qu’on arrive sur cet événement à la fois avec une certaine tranquillité et la bonne dose de concentration nécessaire pour aborder ce type de rencontre. Si les garçons s’épanouissent sur le terrain, on peut vivre ensemble un moment sympa.

Quel message auriez-vous envie de délivrer au public qui sera présent ce dimanche à Grammont ?

Je dirai au public que nos joueurs méritent d’avoir leur soutien. Ce n’est pas une demi-finale de Ligue des Champions mais quand on fait tous les efforts qu’ils ont fait tout au long de la saison, c’est une bien belle récompense de participer à ce type de rencontre. Cette récompense ne sera encore plus belle si les tribunes sont remplies aux couleurs orange et bleues. Ça n’arrive pas tous les ans donc il faut en profiter, autant pour nous que pour le public. Si nos joueurs peuvent profiter du soutien d’un public un peu plus nombreux que d’habitude, j’en serais très heureux et très fier pour eux, parce qu’ils le méritent, tout simplement. Vivre de telles rencontres fait aussi partie de l’apprentissage et c’est aussi important pour cela que nous bénéficions d’un soutien populaire. Cela nous permettra en plus peut-être de faire basculer les choses du bon côté au bon moment. Je ne vous promets pas la victoire mais je vous promets que l’équipe donnera le maximum. L’idée c’est que les joueurs puissent se nourrir de ses matchs-là et ce n’est pas anodin pour eux de jouer devant plus de monde que d’habitude.

le Président est très attentif à la formation

Vous allez aussi jouer sur le terrain Mama-Ouattara, qui est habituellement celui des filles de la réserve. Belle mise en lumière…

Je trouve ça très sympa. On connaît tous l’importance de la section féminine dans notre club. Ça fait vraiment une belle journée que nous puissions enchaîner les deux matchs avec les filles qui reçoivent le Havre à 12h30 et nous qui avons cette rencontre face à Nantes à 16 heures. On travaille tous au quotidien pour vivre ce genre de journée et on est très heureux de pouvoir la partager avec les dirigeants les bénévoles, l’ensemble du club et bien évidemment le public. J’espère vraiment que ce serait une belle journée pour tout le monde.

Le Président Laurent Nicollin est historiquement très attaché à la formation. Vous l’avez vécu en tant que joueur. Vous le sentez aussi en tant qu’éducateur ?

Tout à fait. On sait que le Président est très attentif à la formation et à ce qu’il s’y passe. Le MHSC a toujours eu besoin de sa formation et il en a toujours besoin aujourd’hui. C’est dans l’ADN du club. On doit pouvoir s’appuyer sur notre formation pour alimenter en partie notre équipe première. On ne peut jamais garantir à un joueur ou à un dirigeant le nombre de joueurs qui passera pro mais, ce qui est certain, c’est que l’ensemble du centre de formation que ce soit les dirigeants, les salariés, les bénévoles et l’ensemble de l’équipe éducative travaillent en ce sens parce qu’on forme des sportifs mais aussi des hommes. J’ai vraiment ressenti depuis mon retour en tant qu’éducateur que cette volonté de former des bons joueurs et des gens bien animait le club. On le ressent d’abord au niveau des conditions qui sont les nôtres pour travailler et je remercie les dirigeants pour cela. Je trouve qu’en termes de structures et d’accompagnement, notre Centre de Formation n’a rien à envier à pas mal de ses homologues. Ça nous permet de faire le travail de la façon la plus aboutie possible et c’est vraiment une bonne chose. Bien sûr il y a des années meilleures que d’autres en termes de résultats, l’essentiel n’est pas là en formation mais c’est cela reste appréciable pour nous tous et riche en expérience d’être présents régulièrement lors de ces matchs à enjeux.

A lire également

12avr2024

Féminines

Venez soutenir les Féminines du MHSC pour leur dernier match à domicile de la saison. Attention ! si l'horaire est inhabituel (mercredi 24 avril à 18h30), ne ratez  pas cet ultime rendez-vous de la saison à la maison. réservez vos places
Lire la suite

15avr2024

Supporters

Revivez le match nul à Clermont Foot de ce dimanche après-midi.En inside du vestiaire du MHSC et des supporters pailladins, c'est sur MHSCTV ci-dessous. Merci pour votre soutien.
Lire la suite

Équipe pro

Le vendredi 26 avril à 21h, le MHSC recevra le FC Nantes dans une rencontre décisive ! à cette occasion procurez-vous vos places dès 5€ !La billetterie pour cette rencontre est ouvert. Toutes les infos sont ici !     Le
Lire la suite