Cyrielle Blanc et les défis de l’an II | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Cyrielle Blanc et les défis de l’an II

Devenue professionnelle durant l’été 2021, la jeune milieu de terrain montpelliéraine (19 ans), passe de la découverte de la D1 à devoir confirmer son talent dans un secteur de jeu très concurrentiel. Et elle s’en sort plutôt bien...

Sa très bonne entrée en jeu contre le Paris FC fin octobre, combinée à une titularisation et un match plein la semaine suivante sur la pelouse du Paris Saint-Germain ne sont pas passées inaperçues. Pour preuve, son entraîneur, Yannick Chandioux, n’a pas hésité à la titulariser à nouveau la semaine dernière contre Soyaux… Mais ne comptez pas sur Cyrielle Blanc pour s’enflammer. Fille de terroir par excellence, la native d’Aurillac garde les pieds bien sur terre : « Ma première pensée au sujet de ce match concerne le collectif, raconte-t-elle. Dans le vestiaire, tout le monde était très motivé. On a senti dès le départ qu’on pouvait faire quelque chose de bien. On a accroché le point du nul (2-2) mais je pense que, sur la physionomie du match, on aurait même pu l’emporter ».

Quand je rentre, je ne me pose pas trop de questions. Si le coach fait appel à moi, je fais tout pour apporter un maximum à l’équipe

Impressionnante durant cette partie tant elle a rendu une copie de qualité en gagnant ses duels et en ratissant un maximum de ballons, Cyrielle reste cependant mesurée lorsqu’on lui demande de s’appesantir un peu plus sur sa performance personnelle dans cette rencontre : « Quand je rentre, je ne me pose pas trop de questions. Si le coach fait appel à moi, c’est qu’il estime qu’il a besoin de mes qualités et je fais tout pour apporter un maximum à l’équipe », explique la jeune milieu de terrain montpelliéraine avec une humilité non-feinte. « C’est positif mais il faut que je continue à travailler pour gagner du temps de jeu et progresser. Que je sois titulaire ou que je rentre en jeu, je dois être régulière dans mes prestations et apporter un plus au collectif. »

Je sais que je peux et que je dois m’améliorer dans tous les secteurs du jeu

Il faut dire qu’à 19 ans, Cyrielle se retrouve face à un défi toujours délicat. Lancée en D1 au printemps 2021, elle a paraphé son 1er contrat professionnel dans la foulée et sort d’un dernier exercice plutôt convaincant (17 matchs toutes compétitions confondues en séniors dont 7 titularisations et un but marqué) ; mais elle doit désormais confirmer, tout en sachant que l’effet de surprise ne joue plus et qu’il ne lui est plus possible de jouer en U19 pour garder le rythme, chose toujours très importante pour un milieu défensif. « Le coach m’a donné pas mal de temps de jeu, donc j’étais plutôt contente, détaille la jeune montpelliéraine au moment de tirer le bilan de sa première saison chez ‘’les grandes’’. Les premiers matchs étaient compliqués, le temps de trouver le rythme, notamment parce qu’avec l’interruption liée à la crise du Covid, j’avais très peu joué chez les jeunes la saison précédente. J’ai beaucoup appris, que ce soit au niveau de ce qu’était une préparation d’avant-saison ou une préparation de match…l’intensité et le niveau des matchs et des entraînements sont également différents, ce qui est logique puisque tu as des seniors et des internationales en face de toi. Je ne vais pas dire que j’avais la pression parce que ce serait mentir, mais disons que j’ai un peu plus mes habitudes aujourd’hui et les choses se font, du coup, de manière un peu plus naturelle. » Mais là-aussi, son humilité reprend vite le dessus : « Après, je ne suis pas titulaire indiscutable non plus, loin de là. Je sais que je peux et que je dois m’améliorer dans tous les secteurs du jeu et que j’ai encore du travail à faire pour être au top. »

la concurrence est très saine

Il n’empêche, si elle a conservé sa faculté à gagner des duels – ce qui reste sa grande force – Cyrielle affiche également une progression plus qu’intéressante dans de nombreux domaines, dont celui de mieux se situer sur le terrain, grâce à une meilleure prise d’informations, et une plus grande faculté à jouer vers l’avant, là où elle avait parfois tendance à sécuriser ses passes en jouant vers l’arrière.
Son profil de joueuse de caractère colle en tout cas pleinement à celui du club et offre une possibilité supplémentaire dans un secteur de jeu des milieux de terrain axiales très concurrentiel où figurent notamment Charlotte Bilbault, Céleste Boureille, Marion Torrent ou bien encore Dominika Škorvánková : « J’essaie d’apprendre le maximum de chacune d’entre elles, avoue Cyrielle. Je suis consciente que la concurrence est rude à mon poste, donc je me dis que je dois beaucoup travailler pour progresser et c’est ce que j’essaie de faire au quotidien à l’entraînement. Une fille comme Charlotte par exemple me conseille beaucoup. C’est quelque chose de précieux quand on est encore en découverte du monde professionnel comme c’est mon cas. Quoi qu’il en soit, la concurrence est très saine. »

 nous devons montrer un autre visage que celui affiché la semaine passée contre Soyaux

Nul ne sait si elle sera titulaire ou non ce samedi, mais Cyrielle, qui a participé à la Coupe du Monde au Costa Rica l’été dernier avec l’équipe de France U20, se tient prête à toute éventualité : « A titre personnel, mon objectif est de gagner du temps de jeu, de gagner en régularité et de rester performante. Je dois être à 200% dès que le coach fait appel à moi, souligne-t-elle. Mais la priorité c’est d’aider l’équipe et nous savons que nous devons montrer un autre visage que celui affiché la semaine passée contre Soyaux. Ce match nul concédé dans les dernières minutes (2-2), est vraiment frustrant. »
Prochaine étape, la venue de Rodez cette après-midi à Grammont. Un derby de l’Occitanie pour le MHSC, mais aussi pour Cyrielle, née à Aurillac, soit à 80 km de la citée aveyronnaise : « C’est vrai que j’ai souvent affronté le RAF, et ce depuis toute petite, se souvient-elle. Rodez est un club du Sud avec une mentalité et des joueuses qui ne lâchent rien, dont certaines ont d’ailleurs joué à Montpellier. Je serai notamment contente de retrouver Zoë Stievenart et Eloïse Sévenne, avec qui j’ai joué ici, ainsi que Marie-Morgane Sieber avec qui j’ai évolué en sélection… mais, pendant le match, je sais qu’on ne se fera pas de cadeau, et c’est tout à fait normal »,


ajoute la n°15 montpelliéraine dans un large sourire, avant d'insister: « Plus sérieusement, c’est un match à ne pas prendre à la légère car, même si Rodez lutte pour le maintien, c’est une équipe qui a beaucoup de qualités. Ce sera à nous d’être vigilantes. » Et Cyrielle Blanc de conclure : « Ce sont des bons matchs à jouer. Je pense et j’espère qu’il y aura du monde aussi. Ça promet d’être sympa et nous allons tout donner pour remporter cette rencontre. » Ce serait la plus belle des manières de poursuivre leur progression… pour Cyrielle comme pour son équipe.

 

A lire également

17nov2022

Équipe pro

Venez vibrez à La Mosson pour MHSC-OM et MHSC-PSG en réservant vos places dès à présent !      MHSC - OMDate : Lundi 2 janvier 2023Heure : 19hLieu : Stade de La MossonCompétition :17ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Lire la suite

02déc2022

Équipe pro

Le point avec le joueur du MHSC, Faitout Maouassa.Les joueurs du MHSC ont retrouvé le chemin de Grammont lundi dernier après deux semaines de coupure. Ce vendredi, nous avons rencontré le défenseur du MHSC alors que l'équipe s'apprête à
Lire la suite

Féminines

Rapidement devant au score, les montpelliéraines se sont faites rejoindre et concèdent 2 points à domicile dans ce duel entre prétendantes à l'europeAUTOUR DU MATCH : Enfin s’offrir un concurrent directAu moment d’analyser la saison
Lire la suite