Wahbi Khazri : « Quelque chose d’exceptionnel » | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Wahbi Khazri : « Quelque chose d’exceptionnel »

Appelé pour disputer sa deuxième Coupe du Monde avec la Tunisie (premier match contre le danemark ce mardi à 14h, heure française), l’attaquant montpelliérain revient avec émotion sur cette convocation, ses objectifs dans cette compétition, ainsi que ses souvenirs lors du précédent Mondial en Russie.

Wahhi, quel effet cela te fait-il de te dire que tu vas disputer ta deuxième Coupe du Monde avec la Tunisie ?
Être parvenus à qualifier notre sélection pour le Mondial était déjà un moment fort, avec beaucoup de satisfaction. Après, aujourd’hui c’est un autre tournoi qui commence ; c’est une Coupe du Monde… il faut la jouer et bien la jouer. C’est la plus grosse compétition au monde ; il y a forcément de la joie et une grande hâte d’y être, mais l’objectif c’est d’y performer. Si c’est pour y aller, faire trois défaites et rentrer, ce n’est pas la peine. Il faut savourer le fait d’être là car c’est toujours un plaisir de disputer une telle compétition, mais tout en restant calmes et focalisés sur notre objectif : être performants.

Quels sont tes souvenirs d’enfance en matière de Coupe du Monde ?
Mon premier souvenir, c’est la Coupe du Monde 1998 en France. J’avais 7 ans et c’est là où tu commences un peu à connaître les joueurs et à comprendre vraiment le football. À l’époque, je vivais en Corse et le parcours des Bleus avait été vécu avec beaucoup de passion. J’étais jeune, mais j’avais suivi le parcours de l’équipe de A à Z. C’est difficile d’avoir tous les souvenirs qui remontent à la surface, mais je me souviens notamment que, le soir de la finale contre le Brésil, beaucoup de gens étaient dehors pour fêter ça. Le fait aussi d’être en France et d’en avoir revu les images plusieurs fois fait que cet événement reste encore plus frais dans la mémoire, même plus de 20 ans après.

C’est la plus grosse compétition au monde ; il y a forcément de la joie et une grande hâte d’y être, mais l’objectif c’est d’y performer

Qui sont tes idoles de Coupe du Monde, les premiers joueurs que tu as regardés de près dans cette magnifique compétition ?
Le premier auquel je pense, c’est forcément Zinedine Zidane, qui a marqué la Coupe du Monde 1998. Je me souviens aussi du Brésil avec Ronaldo et de Davor Suker sous le maillot de la Croatie, qui était un super attaquant. J’ai des souvenirs des stars de l’époque dans cette Coupe du Monde, notamment David Beckham.

À titre personnel, ce sera ta seconde Coupe du Monde. Quels souvenirs gardes-tu de ta première, disputée en 2018 en Russie ?
C’était un rêve qui se réalisait parce que je ne pensais pas jouer une Coupe du Monde dans ma carrière. J’étais blessé avant le début de la compétition, je ne savais pas dans quel état physique j’allais être et, au final, j’avais fait les trois matchs de poule, j’avais pu marquer, et faire marquer, donc forcément, quand tu es décisif dans une compétition comme celle-là, c’est gratifiant.

marquer un but en Coupe du Monde (en 2018 en Russie contre le Panama), celui de la victoire en plus, c’était vraiment un moment exceptionnel

Comment cela s’était-il passé sportivement justement ?
On avait joué l’Angleterre (défaite 2-1), la Belgique (défaite 5-2) et le Panama (victoire 2-1). J’avais marqué contre la Belgique et le Panama et j’avais également fait une passe décisive lors de chacun de ces deux matchs. Ce que j’avais retenu en premier, c’était le niveau de certaines équipes. L’Angleterre et la Belgique avaient fini troisième et quatrième donc, forcément, on a vu ce que c’était que des joueurs de classe mondiale, des mecs qui sont très forts dans tout ce qu’ils font et qui sont au summum du football mondial. C’était bien de pouvoir se confronter à eux et je pense que nous avions fini à notre place qui était la troisième… et avec les honneurs (sourire)

Le succès contre le Panama aussi une saveur particulière…
Oui bien sûr ! C’était aussi une belle découverte. On ne joue pas contre ce genre d’équipe tous les jours c’est une formation sud-américaine avec des profils très vifs et très techniques. Au-delà de ça, le fait de marquer un but en Coupe du Monde, surtout celui de la victoire comme ça avait été le cas ce jour-là, c’était vraiment un moment exceptionnel. Marquer dans une Coupe du Monde n’est pas donné à tout le monde. Je n'oublie pas non plus mon premier but contre la Belgique. En plus il y avait ma femme, ma fille et toute ma famille dans les tribunes… Marquer devant eux, c’était quelque chose d’exceptionnel. Je ne pensais pas forcément jouer une Coupe du Monde dans ma carrière donc la jouer, en plus être décisif et marquer le deuxième but de la victoire de son équipe (2-1), c’était vraiment quelque chose d’exceptionnel. Maintenant il faut laisser ces souvenirs de côté et se consacrer à la prochaine qui nous attend au Qatar. J’ai hâte d’y être.

Tu sais que le monde s’arrête pendant un mois et regarde tous les matchs

En dehors du jeu, qu’est-ce qui t’avait marqué le plus, notamment en termes d’ambiance ?
C’est global. Tu sais que le monde s’arrête pendant un mois et regarde tous les matchs, tu sais que tes prestations sont vues dans le monde entier par des millions de personnes, donc forcément c’est bien d’y être… mais je le répète, c’est important aussi d’y performer.

Comment décrirais-tu cette équipe de Tunisie ?
C’est une équipe homogène avec du potentiel, à la fois sur le plan offensif et sur le plan défensif. On pratique un football à base de passes courtes avec des joueurs qui aiment jouer au ballon et qui ne balancent pas ; donc c’est agréable de jouer dans cette équipe. En plus, on a la chance d’avoir une bonne ambiance en sélection depuis 10 ans que j’y suis. C’est agréable quand tu vis une compétition comme celle-là, avec des personnes que tu apprécies.

J’essaie simplement d’apporter ce que je sais faire, avec mes qualités et mes défauts… et surtout d’apporter chaque fois un plus à l’équipe

Quelle est ta place dans cette équipe ?
Ma place dans cette équipe, c’est joueur de foot (sourire). J’essaie simplement d’apporter ce que je sais faire, avec mes qualités et mes défauts… et surtout d’apporter chaque fois un plus à l’équipe. Je peux jouer attaquant, sur un côté ou sous le ou les attaquants. Je joue simplement là où on me met, toujours avec beaucoup de plaisir.

Quel est ton passé avec cette sélection ?
J’avais honoré quelques sélections en équipe de France de jeunes, puis la Fédération tunisienne m’a appelé pour disputer la Coupe d’Afrique des Nations en Afrique du Sud en 2013. Après réflexion, je pensais que c’était le bon moment d’y aller et je suis content d’avoir pu devenir international tunisien. Ce que je retiens en premier, ce sont les débuts, bien sûr…Après, les Coupes d’Afrique se sont enchaînées et bien évidemment la Coupe du Monde en Russie avant celle-ci au Qatar. J’ai vécu de très bons moments avec cette sélection, si ce n’est peut-être quelques regrets sur une coupe d’Afrique où nous aurions peut-être pu aller un petit peu plus loin. Je suis vraiment content parce que faire une deuxième Coupe du Monde après cinq coupes d’Afrique, cela constitue tout de même une belle carrière internationale. On verra ensuite ce qu’il se passera.

La France et le Danemark me semblent être les deux favoris mais je pense que nous aurons quand même notre mot à dire dans cette phase de poule

Quel regard portes-tu sur vos adversaires du premier tour lors de cette coupe du Monde au Qatar : le Danemark, l’Australie et le France ?
La France et le Danemark me semblent être les deux favoris du groupe. Après, ce qui fait la beauté du foot, c’est que quand la compétition commence, il n’y a plus vraiment de favoris. La France a beaucoup de blessés, le Danemark est une belle équipe et je pense que nous aurons quand même notre mot à dire dans cette phase de poule. Notre premier match contre le Danemark risque de décider de beaucoup de choses parce que si tu fais un bon résultat contre les Danois, tu mets la pression sur eux d’entrée, encore plus si tu enchaines avec un bon résultat contre l’Australie juste derrière ; donc ce premier match sera très important. Ça va aussi être un honneur et une fierté de croiser l’équipe de France. Je sais que ce match sera très regardé et c’est très agréable de se confronter à ce qui se fait de mieux dans le monde du football. A nous de montrer ce qu’on sait faire et j’espère qu’on sera capable de les embêter le plus possible (sourire).

Je n’oublie pas que je représente aussi le MHSC en sélection. on représente un club, une ville donc on se doit de performer. Ça met aussi en avant le club.

Quels sont tes objectifs dans cette compétition ?
Ce serait une belle performance de pouvoir sortir des poules. Si on a la chance d’être dans les deux premiers, ce serait un superbe exploit. À titre personnel, j’espère avoir de bonnes statistiques dans cette compétition, que ce soit par des buts ou des passes décisives. Cela voudra dire que j’ai aidé l’équipe au maximum… mais je le répète, le plus important c’est que collectivement on arrive à sortir des poules. Je n’oublie pas aussi que je représente le MHSC en sélection ; on représente un club, une ville donc on se doit de performer. Ça met aussi en avant le club.

Pour conclure, quel message adresserais-tu as Jonas Omlin, que tu croiseras peut-être pendant cette compétition avec la Suisse ?
Je lui souhaite le meilleur, qu’il prenne le plus de plaisir possible car il y a quand même relativement peu de joueurs qui ont la chance de disputer une Coupe du Monde. Il faut en profiter au maximum.

Le calendrier de la Tunisie au 1er tour du Mondial (Groupe D)

Tunisie – Danemark le mardi 22 novembre à 14h

Tunisie – Australie le samedi 26 novembre à 11h

Tunisie – France le mercredi 30 novembre à 16h

A lire également

17nov2022

Équipe pro

Venez vibrez à La Mosson pour MHSC-OM et MHSC-PSG en réservant vos places dès à présent !      MHSC - OMDate : Lundi 2 janvier 2023Heure : 19hLieu : Stade de La MossonCompétition :17ème journée de Ligue 1 Uber Eats
Lire la suite

02déc2022

Équipe pro

Le point avec le joueur du MHSC, Faitout Maouassa.Les joueurs du MHSC ont retrouvé le chemin de Grammont lundi dernier après deux semaines de coupure. Ce vendredi, nous avons rencontré le défenseur du MHSC alors que l'équipe s'apprête à
Lire la suite

Féminines

Rapidement devant au score, les montpelliéraines se sont faites rejoindre et concèdent 2 points à domicile dans ce duel entre prétendantes à l'europeAUTOUR DU MATCH : Enfin s’offrir un concurrent directAu moment d’analyser la saison
Lire la suite