Victoire au forceps contre Strasbourg (2-1) | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Victoire au forceps contre Strasbourg (2-1)

Séduisants en première période puis en difficultés en seconde, les pailladins ont pensé tout perdre après l'égalisation alsacienne (86e). Heureusement, Téji savanier a transformé le penalty de la victoire dans le temps additionnel après une faute sur valère germain. Ouf !

AUTOUR DU MATCH : Retrouver le chemin de la victoire

Après deux défaites lors des deux dernières journées (contre Lille et à Angers), les Montpelliérains n’avaient qu’une idée en tête : retrouver le chemin de la victoire afin de passer le cap de la dizaine de points au soir de cette 8ème journées (les Pailladins en comptaient 9 au coup d’envoi). Ce serait l’idéal pour aborder la semaine de trêve internationale qui s’annonce avec l’esprit léger ; plutôt que ce repos imposé par le calendrier devienne un moment propice à gamberger. Pour décrocher ce précieux succès, le coach montpelliérain, bien que privé de Faitout Maouassa et Mamadou Sakho (en plus des absences longues durée de Théo Sainte-Luce et Dimitry Bertaud), sur les retours de suspension de Jonas Omlin et de Valère Germain. Si le premier était titulaire, le second démarrait sur le banc.
Du côté du RC Strasbourg (sans victoire depuis le début de la saison), en plus des suspensions de Prcic et Le Marchand, le coach alsacien Julien Stéphan devait faire face aux forfaits de Thomasson, Ajorque, Nyamsi, Delaine, Fila, Kawashima et Dagba. Voilà qui l’obligeait à aligner une équipe new-look et qui rajoutait une part d’incertitudes à une rencontre qui n’en manquait pas.     
Du côté des animations, Wahbi Khazri a reçu son trophée Rayonnage Privé de joueur du mois d’août par monsieur Djawed Lagha, tandis que Joris Chotard a reçu des mains du Directeur Sportif, Bruno Carotti, un cadre photo pour fêter le cap des 100 matchs disputés sous le maillot du MHSC, franchi récemment. Enfin, cette 8ème journée de Ligue 1 était placée sous le signe de l’action LFP « Supporter des Soignants ». Ainsi, 400 soignants étaient présents au Stade de La Mosson ce samedi et deux d’entre eux (Matthieu Terrisse et Stéphane Guignard) ont donné le coup d’envoi fictif de la rencontre.

LE MATCH : MHSC 2-1  RC Strasbourg

La première période donnait l’impression de ne pas laisser de réelle tendance se dégager. S’ils avaient la possession (56% / 43 en leur faveur) et s’ils se montraient extrêmement intéressants par phases dans le jeu combiné, les Montpelliérains semblaient tantôt tenir le match, tantôt montrer une certaine fébrilité. Question fébrilité justement, Jonas Omlin veillait heureusement au grain et évitait le pire en détournant superbement une frappe de Gameiro (5e). Il se montrait à nouveau décisif 6 minutes plus tard en réalisant un nouvel arrêt et, sur le contre, il ne manquait que quelques centimètres à Nordin pour conclure (11e). Cette première occasion donnait des idées aux Pailladins qui poussaient ensuite et obtenaient plusieurs corners. Sur le 6ème, Arnaud Nordin jaillissait pour placer une superbe tête au 1er poteau qui ne laissait aucune chance à Sels. Du grand art ! (1-0, 18e). Les Strasbourgeois montaient ensuite d’un cran pour essayer d’égaliser, ce qui libérait des espaces en contre pour les Héraultais. Deux des 3 occasions franches de cette fin de première période étaient à mettre au crédit des Alsaciens, mais Gameiro se heurtait au magnifique retour de Maxime Esteve (40e), tandis que Diallo ne cadrait pas sa frappe à l’entrée des 6 mètres (43e). La dernière occasion avant le repos était languedocienne lorsque le coup-franc de Savanier dévié par Nordin au 1er poteau était repris victorieusement au second par Nicolas Cozza (45e+1). Malheureusement, la VAR en décidait autrement.

Au retour des vestiaires, il fallait donc vite se mettre définitivement à l’abri pour ne plus trop trembler. Les Montpelliérains s’y attelaient en contre mais laissaient l’initiative du jeu à leurs adversaires. Au final, peu d’occasion à se mettre sous la dent dans un second acte joué sur un faux rythme… Et à force de jouer avec le feu, le MHSC a fini par se bruler, lorsque sur un corner alsacien mal dégagé, Diallo arrachait l’égalisation (1-1, 86e). Il y avait de quoi se mordre les doigts, et peut-être même un peu plus. Dans une ultime révolte, Khalil Fayad touchait la barre de la tête (90e+1)… On pensait que c’était cuit… et puis, dans un ultime baroud d’honneur, Valère Germain était déséquilibré dans la surface… Penalty ! En bon capitaine, Téji Savanier s’avançait vers le petit point blanc et transformait la sentence sans trembler face à Mats Sels. Bravo mon garçon !  

Au terme de ce final haletant, les Pailladins, qui ont eu le mérite de ne pas se désunir et d’y croire jusqu’au bout, décrochent donc un succès sur le fil qui fait vraiment du bien. Tout n’a pas été parfait, loin de là, mais il faut prendre des points quand on peut les prendre… et le MHSC les a pris. De quoi aborder la trêve internationale avec l’esprit un peu plus léger.

La fiche technique

Samedi 17 septembre .
8ème journée de Ligue 1 Uber Eats.

Stade de La Mosson.

Mi-temps : 1-0
Score final : 2-1
Arbitre : M. Stinat.

MHSC : Nordin (18e), Savanier (pen, 90e+5); Strasbourg : Diallo (86e.
MHSC : Chotard (38e), Nordin (41e), Esteve (63e); Strasbourg : Aholou (20e), Bellegarde (45e+4), Doukouré (70e)
 

MHSC : Omlin - Tchato, Esteve, Jullien, Cozza - Ferri, Chotard - Khazri (Germain 65e), Savanier, Nordin (Fayad, 85e) - Wahi (Delaye, 85e). Entraîneur : Olivier Dall'Oglio.

RC STRASBOURG ALSACE : Sels - Pierre-Gabriel (Kandil, 70e) , Doukouré, Perrin, Djiku, Liénard - Aholou (Sissoko, 70e), Bellegarde, Diarra (Mothiba 83e)  - Gameiro, Diallo. Entraîneur : Julien Stéphjan.

 

Le fait du match : Jordan Ferri, la centaine en chantant

Arrivé au MHSC en juin 2019, le milieu de terrain formé à l’OL est devenu au fil du temps l’un des éléments cadres du MHSC, que ce soit sous les ordres de Michel Der Zakarian ou sous ceux d’Olivier Dall’Oglio. Infatigable récupérateur de ballons et très fin relanceur, Jordan Ferri est très vite devenu la plaque tournante basse du jeu héraultais, pendant que son compère Téji Savanier s’occupe de la création un cran plus haut. Derrière ses apparences assez réservées hors du terrain, Jordan est un joueur de caractère dont l’influence ne se limite pas seulement à ses qualités techniques. Sur le terrain, sa volonté, sa grinta et sa débauche d’énergie de tous les instants sont à montrer dans les écoles. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles Il est depuis plusieurs mois déjà, le vice-capitaine du MHSC. Un rôle qu’il prend très à cœur, tant il n’est pas rare de le voir replacer, guider et haranguer ses coéquipiers tout en leur faisant profiter de sa grande expérience. Si la paire qu’il forme avec Joris Chotard est si efficace, il y a fort à parier qu’il n’est pas étranger à la progression de Joris, dont il est aussi un ami dans la vie.   

Pour toutes ces raisons, le symbole est fort de voir Jordan atteindre ce samedi contre Strasbourg le cap des 100 matchs disputés sous le maillot montpelliérain. Un cap qu’il a fêté à sa manière, avec une activité débordante et beaucoup d’enthousiasme mais qu’il a surtout célébré par une victoire. Sans doute le plus beau des cadeaux pour un gagneur comme lui.

A lire également

20sep2022

Féminines

Pour finir le mois de septembre venez encourager les féminines face à Bordeaux le VENDREDI 30 à Grammont ! La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !    Le match : MHSC - FC Girondins de
Lire la suite

16sep2022

Équipe pro

Premier rendez-vous du mois d'octobre à domicile avec la réception de l'AS monaco, le dimanche 9 octobre à 13h dans le cadre de la dixième journée de Ligue 1 Uber eats. Une rencontre placée sous le signe du soutien à la campagne Octobre
Lire la suite

27sep2022

Fonds de dotation

Petit retour en enfance ce mardi, pour Arnaud Nordin et Faitout Maouassa accompagnés par la voix du MHSC, Philippe Sers.En effet, nos trois représentants rendaient visite à nos voisins du Stade de La Mosson, les collégiens des Escholiers de La
Lire la suite